Windows 8 et 8 & période; 1 enfin passer 15 & percnt; Part de marché & virgule; Windows XP tombe en dessous de 20 & percnt; & Semi & marque

Advertisement

Tout le monde est bien conscient maintenant que Windows 8 et Windows 8.1 n'ont pas vu le taux d'adoption impressionnant de leur prédécesseur. Pourtant, le duo a eu une bonne performance en particulier le mois dernier, en passant finalement 15 pour cent de part de marché ensemble, selon les derniers chiffres de Net Applications.

Plus précisément, Windows 8 a gagné 0,29 point de pourcentage à 5,88 pour cent tandis que Windows 8.1 a gagné 4,25 points de pourcentage à 10,92 pour cent. Ensemble, ils détenaient 16,80% du marché fin octobre, contre 12,26% à la fin septembre. C'est certainement un grand saut, et Windows 8.1 est enfin dans les deux chiffres, mais il n'est pas particulièrement impressionnant dans l'ensemble, étant donné que la dernière version est maintenant disponible depuis plus d'un an.

Windows 8 et 8 & période; 1 enfin passer 15 & percnt;  Part de marché & virgule;  Windows XP tombe en dessous de 20 & percnt;  & Semi & marque

Ces gains ne sont pas venus aux dépens de Windows 7, qui a encore réussi à augmenter de 0,34 points à 53,05 pour cent. Le système d'exploitation le plus populaire a continué d'augmenter régulièrement sa part tout au long de 2014 (il est en hausse globale de 47,49 pour cent en Janvier, connaissant seulement des baisses mineures pendant quelques mois), malgré la poussée de Microsoft pour amener les entreprises et les consommateurs à la mise à niveau. Juste hier, la société a cessé de vendre des versions grand public de Windows 7 aux OEM, ce qui pourrait avoir un impact notable sur la part de Windows 7.

Windows 7 peut faire bien, mais la progression pour Windows 8.x a dû venir de quelque part. Windows Vista a chuté de 0,25 points, glissant finalement en dessous de la marque de 3% (2,82% pour être exact). Windows XP, quant à lui, a chuté de 6,69 points à 17,18 pour cent. Le plus grand catalyseur de ces changements a été très probablement retour à la vente des écoles en Septembre, qui sont mieux reflétés dans les données après les élèves utilisent leurs nouvelles machines pour un mois complet.

Il s'agit de la plus grande chute que nous ayons vue pour Windows XP, et elle est maintenant en dessous de la marque de 20 pour cent pour la première fois en plus d'une décennie. Il semble que les entreprises sont enfin réagir à la fin de Microsoft soutien pour le système d'exploitation, qui est arrivé en arrière en avril.

Voir aussi: IE11 passe enfin IE8 pour devenir navigateur le plus populaire au monde, Chrome plat, Firefox continue de baisser

Malgré ces bonnes nouvelles, Windows dans son ensemble a perdu un peu de part, en baisse de 0,45 points à 91,53 pour cent. Mac OS X capitalisé sur les pertes, gagne 0,67 points à 7,05 pour cent, tandis que Linux glissé 0,23 pour cent à 1,41 pour cent.

Net Applications utilise des données capturées à partir de 160 millions de visiteurs uniques chaque mois en surveillant quelque 40 000 sites Web pour ses clients. Cela signifie qu'il mesure la part de marché des utilisateurs.

Si vous préférez une part de marché d'utilisation, vous voudrez obtenir vos données de StatCounter, qui regarde 15 milliards de pages vues. Les chiffres du système d'exploitation pour octobre sont disponibles ici.

Mise à jour le 5 Novembre: Les changements en Octobre ne sont pas principalement en raison de back-to-school ventes. Net Applications affirme que ses données sont maintenant plus précises.

"Cette chute a été principalement causée par un changement majeur dans le réseau de sites que nous avons en Chine", a déclaré la société Computerworld. "Un groupe de grands éditeurs chinois avec un très grand nombre de visiteurs par jour a eu un public fortement biaisé vers Windows XP (presque 100% XP). En recherchant la nature des sites, nous avons déterminé qu'ils n'étaient pas appropriés pour notre réseau. Nous avons enlevé ces éditeurs nous-mêmes, ce qui a causé le changement puisque le trafic chinois est pondéré plus élevé en raison d'une couverture plus faible.